Retour Retour
Edifices religieux à DOURNAZAC

Eglise Saint-Sulpice de Dournazac

Adresse

87230 DOURNAZAC

Comment m’y rendre ?

À propos

L’église Saint-Sulpice de Dournazac a été, semble-t-il, construite au XIIe siècle. Elle a ensuite été partiellement reconstruite. Seule la partie orientale, à savoir, l’abside, le transept à coupole, les deux absidioles et le clocher sont d’architecture romane. Le portail est du XIVe siècle. La nef est moderne, sans doute du XIXe siècle. L’ancienne nef communiquait avec le transept par des arcades, deux très étroites et une plus large. Ces arcades semblent de la même époque que le transept et les absides. On peut aussi noter à l’extérieur, le long du mur nord, une pierre des morts, et à l’intérieur, deux statues, une de la vierge, en bois de tilleul, une d’un abbé mitré, peut-être Saint-Sulpice. L'édifice a été inscrit au titre des Monuments Historiques le 6 février 1926.

Les sculptures de l’église Saint-Sulpice, un trésor de l’art roman

On dénombre 40 sculptures. Selon Michel Pastoureau (historien médiéviste), « Quarante […] est le nombre de l’attente, de l’épreuve, du châtiment. ». Les hommes du Moyen Âge désignaient aussi, selon lui, par 40, l’idée d’un grand nombre. Si ces sculptures sont encore visibles aujourd’hui, nous le devons en partie à un travail remarquable de restauration. Après le classement de l’église, une étude à revue les plans pour en faire un panneau qui a été installé dans la nef. Malheureusement, ce panneau est maintenant dégradé mais reste parfaitement valable dans son contenu. L’auteur conclut sa présentation en signalant l’aspect « remarquable » des sculptures.
Vous pouvez admirer celles-ci sur l’ensemble des chapiteaux et culots du transept et des absides. Deux modillons sont installés contre les piles rectangulaires du transept faisant face aux fidèles. Le modillon côté sud représente un contorsionné, le modillon côté nord un monstre animal, bouche ouverte, effrayant. Ils sont l’incarnation de la menace de l’immonde face aux humains rassemblés. Les sculptures qui se succèdent installent dans la même tonalité un monde de souffrance, de déséquilibre. On trouve des animaux fantastiques menaçants, souvent gueules ouvertes, des masques, des représentations d’hommes dévorés par des monstres. Mais la plupart des figures sont rassemblées autour de trois motifs, celui du contorsionné, celui du visage déformé et celui de la bouche. Les trois sont des figurations du mal, de la prise en main de l’homme par Satan. Quelques ilots de tranquillité sont installés en particulier aux articulations des lieux ou autour des fenêtres des absidioles, celles de végétaux. On trouve aussi trois figurations apaisées, celle de deux vieillards et celle d’un bœuf.

Informations complémentaires : Informations : Mairie de Dournazac au 05 55 78 43 08

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu