En plein cœur de Limoges, un quartier hors du temps se blottit à deux pas des halles. Au menu : patrimoine pittoresque, bonnes tables, boutiques d’artisans, cafés bohèmes… Pas de doute, cela sent bon la promenade gourmande qui flatte nos papilles et notre curiosité.

Un brin d’histoire : direction la chapelle Saint-Aurélien

Une merveille médiévale sublimée par son décorum baroque. Les chefs d’œuvres commencent même avant de franchir l’entrée. Là, sur la place centrale du quartier, charmante et à taille humaine, le joli édifice offre un clocher couvert de bardeaux de châtaignier. Une croix sculptée dans la pierre tendre et un calvaire rappellent la dévotion du peuple historique du quartier, des générations de familles de bouchers. C’est ce corps si nécessaire à l’approvisionnement de toute une ville qui s’installa ici il y a des siècles.

Toutes les maisons étaient habitées par des gens du métier. L’intérieur de la chapelle réserve de nombreuses beautés : un retable abritant la relique du saint patron Aurélien, des ex-votos placardés sur les murs, des sculptures remarquables dont le fameux groupe « L’Enfant au rognon ».

Pour comprendre la vie d’autrefois, un espace muséographique, la Maison de la Boucherie au 36 de la rue, est ouvert l’été ou sur réservation à l’Office de Tourisme le reste de l’année. On entre dans des pièces gardées dans le jus avec ustensiles et objets personnels. De la boutique au grenier en passant par l’abattoir, on change d’époque. Passionnant.

Pittoresque et moderne : le vivant quartier de la Boucherie.

Ressortis de là, il faut flâner, dans les ruelles, trouver la place Barreyrette, ombragée et discrète, admirer les innombrables maisons à pans de bois, scruter les pierres sculptées, dressées.

Chaque devanture est plus belle l’une que l’autre, ne manquez pas celle du libraire qui est une des plus photographiées. En ligne de mire en remontant, les fabuleuses halles métalliques aux 368 panneaux de porcelaine. C’est la promesse du goût. C’est aussi, un ventre de Limoges qui se dessine : les restaurants de la Boucherie sont réputés, les bars bien garnis pour les plus discussions les plus battantes, et même un restaurant-épicerie où on vit « local ».

Côté commerces, de belles emplettes sont à prévoir chez des créateurs, des décorateurs, et la célèbre galerie du Canal qui met à l’honneur un savoir-faire unique de notre destination : l’émail.

Un événement à retenir : La Frairie des Petits Ventres

Enfin, une date à retenir, le troisième vendredi d’octobre où se déroule La Frairie des petits-ventres, événement majeur autour du goût, et des spécialités comme girot, boudin aux châtaignes, tète de tête et fraise de veau, langue de mouton, couilles de mouton mais aussi pâté de pommes de terre, galétous, clafoutis et flognarde… !

Dire que vous êtes au milieu d’une ville dans une ambiance « village », c’est s’avouer que le temps ne s’écoule pas comme ailleurs ici.

Ce contenu vous a été utile ?

Partager ce contenu